L'Actu
de la route

Idées séjours, découvertes, astuces et toutes choses gourmandes autour des fromages AOP de Normandie !

La fin du Camembert « fabriqué en Normandie »

La fin du camembert « fabriqué en Normandie » et le projet de grande appellation « Camembert de Normandie » à échéance 2021

Reconnu en AOC en 1983, le Camembert de Normandie est un fromage au lait cru à pâte molle de couleur ivoire à jaune clair, légèrement salée, et à croûte fleurie.

Pour mettre un terme à la confusion que génère depuis vingt ans la cœxistence de l’AOP « Camembert de Normandie » et du camembert « fabriqué en Normandie » – qui n’est lié à aucun cahier des charges – un accord a été conclu le 21 février 2018, qui prévoit une modification de l’appellation.

À partir de 2021, cette dernière sera déclinée en deux gammes : le haut de gamme : actuel AOP deviendra « le Véritable Camembert de Normandie »,et le cœur de gamme : actuel « fabriqué en Normandie » qui devra répondre à des exigences qualitatives de production et de transformation, de traçabilité et de contrôles, pour devenir AOP. Les étapes de fabrication seront renforcées pour garantir le caractère mi-lactique mi-présure du camembert originel. Un mode de production qui demande un temps de préparation, de maturation du lait et un temps d’affinage, supérieurs, au global, d’au moins deux semaines par rapport à l’actuel process du ; « fabriqué en ».

Une nouvelle grande appellation qui entraine tout le monde vers le haut avec notamment pour socle commun :

  • Le renforcement de la « normandisation » des troupeaux,
  • Le pâturage obligatoire au moins six mois de l’année,
  • L’interdiction des OGM pour la production laitière,
  • Des contrôles pour tous.
    Cette démarche est économiquement qualitative et indélocalisable.

Chaque itinéraire aura, en plus, des exigences spécifiques.
Ainsi le cœur de gamme pourra-t-il autoriser le traitement du lait (cru, thermisé, microfiltré ou pasteurisé) en l’affichant clairement sur son étiquette.

Le « Véritable Camembert de Normandie » – toujours au lait cru et moulé à la louche – introduira quant à lui des obligations agro-environnementales dans son cahier des charges, avec des impératifs en matière de haies dans les herbages, une protection paysagère normande renforcée, au moins les 2/3 du troupeau en race normande (contre 50% actuellement) et toujours plus d’herbe dans l’alimentation des vaches.

Cette grande appellation fera faire un bond qualitatif à tous les camemberts normands, permettra une meilleure rémunération des producteurs de lait, répartira la valeur ajoutée de manière équitable entre tous les acteurs de la filière.

Elle pourrait concerner 1.500 nouveaux producteurs de lait et motiver l’arrivée dans les herbages de 25.000 vaches de race normande supplémentaires.

page1image4282548976 page1image4282549232 page1image4282549488

Une appellation, si elle porte un patrimoine, une culture, n’est pas un produit figé, au cahier des charges gravé dans le marbre. Pont-l’Évêque, Livarot et Neufchâtel vont également renforcer leur cahier des charges vers encore plus de lien au terroir, d’herbe et de vaches de race normande…

Ces trois fromages ont obtenu leur reconnaissance en appellation dans les années 70. Déjà, fin des années 2000, les cahiers des charges avaient été ré-ouverts, pour préciser les conditions de production du lait.

Les travaux devraient débuter rapidement au moins pour le Pont-l’Évêque et le Livarot.

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site officiel de la Route des fromages de Normandie: www.routedesfromagesdenormandie.fr

CONTACTS PRESSE

Michèle Frêné
Florence Basseux
02 31 75 31 00 / 06 08 83 01 30 mfc@michele-frene-conseil.fr

Céline Pacary
02 31 85 50 93 – 06 45 30 91 77 c.pacary@fromage-normandie.com

Camille Normant
02 31 85 50 93 / 07 86 45 53 67 c.normant@fromage-normandie.com